Orthodontie : des traitements invisibles pour l’adulte

Adultes, dîtes oui à l’orthodontie ! Mieux vaut souffrir un peu le temps du traitement, que laisser s’installer un complexe. Résultat, aujourd’hui, 6 à 7% des adultes se tournent vers un orthodontiste pour corriger un alignement, résorber une malocclusion, retrouver une bonne élocution ou encore faire disparaître un trouble masticatoire. Et s’ils sont désormais un petit nombre à oser porter des bagues métalliques classiques -souvent pour des raisons économiques -, certains d’entre eux préfèrent opter pour un traitement moins visible, bien que plus onéreux.

Peu douloureux, mais également discret voire invisible si vous le désirez, le traitement d’orthodontie présente d’excellents résultats chez l’adulte. Seul prérequis : les racines dentaires et l’os de la mâchoire doivent être en suffisamment bon état pour supporter la pression d’un appareil dentaire.

Le point sur les différentes options.

 

Les bagues, oui… mais lesquelles ?

Lorsqu’on vous parle d’orthodontie, vous imaginez probablement ces bagues métalliques disgracieuses plaquées sur le devant des dents, reliées entre elles par un fil tout aussi peu discret. Cette solution thérapeutique est parfois privilégiée par l’adulte, malgré son manque d’esthétique. Précise, efficace, elle présente également l’intérêt d’être moins chère que ses alternatives (entre 800 et 1200 euros par semestre). Or le traitement d’orthodontie n’est pas pris en charge par l’assurance maladie, s’il commence après l’âge de 16 ans. Le critère du budget peut donc orienter le choix du traitement.

Toutefois, pour un coût un peu plus élevé, vous pourrez bénéficier de bagues en matériau céramique, ou en matériau transparent. Le fil de l’appareil sera toujours métallique mais les bagues seront plus discrètes.

Et si votre budget le permet, pensez à l’orthodontie linguale ! Pour un prix deux à trois fois plus élevé que celui des bagues métalliques classiques, cette discipline propose de vous les poser sur la face intérieure des dents. Très discrète, efficace, cette alternative comporte un petit bémol : la langue est plus facilement blessée de par sa promiscuité avec l’appareil.

 

Adapter ses habitudes

Le port des bagues nécessite d’être encore plus rigoureux qu’à l’accoutumée sur le brossage dentaire. Et pour cause, les résidus alimentaires peuvent facilement se coincer entre l’appareil et les dents.

Dans le cas de l’orthodontie linguale, le brossage doit être particulièrement soigné car il est moins facile à réaliser.

Et si, pour vous, croquer dans une pomme ou mâcher du chewing-gum étaient de petits plaisirs, il va falloir les laisser de côté quelques temps. Ils risqueraient de causer du tort à vos bagues, de les abîmer, voire de les décoller. Vous pourrez retrouver vos petites habitudes, une fois le traitement terminé. Comptez, selon les cas, au minimum quelques mois et jusqu’à deux ans pour venir à bout de votre objectif.

 

Une gouttière transparente, cela vous tente ?

Vous souhaitez mener votre traitement en toute autonomie ? Optez pour une gouttière transparente ! Celle-ci épouse la forme de la dentition, tout en exerçant une petite pression pour permettre aux dents d’adopter la position souhaitée.

Techniquement, la gouttière peut être retirée et remise en place à tout moment par le patient. Attention, donc, à ne pas céder à la tentation de la retirer trop souvent ! Car pour être efficace, le traitement par gouttière nécessite qu’elle soit portée 22h sur 24. Ce qui ne laisse que le temps des repas et du brossage dentaire pour la retirer.

La gouttière doit être rincée après chaque usage. Elle doit être régulièrement changée (toutes les semaines ou toutes les deux semaines, selon les cas). Le port de la nouvelle gouttière peut alors générer une gêne, voire des douleurs dentaires. Là encore, la réussite du traitement sera conditionnée par la rigueur du patient qui persistera à porter la gouttière malgré ces désagréments.