Rage de dent : soulager la douleur

Les rages de dents font un mal de chien. Elles peuvent avoir différentes causes : extraction dentaire récente, choc reçu dans les dents, pose d’un implant dentaire, greffe pré-implantaire ou autre acte chirurgical… La rage de dent révèle parfois la présence d’une carie qui a dégénéré en abcès ou d’une autre affection (pulpite, etc). Et d’autres fois, la douleur dentaire s’apparente plutôt à une sensibilité qui peut apparaître en raison d’une alimentation inadaptée ou de règles d’hygiène défectueuses.

Quoiqu’il en soit, le dentiste est habilité à vous prescrire des médicaments qui soulagent la douleur. En attendant, certains remèdes naturels – dont les ingrédients traînent peut-être dans vos placards – pourront vous aider.

 

De bons réflexes

Les douleurs post-opératoires sont en général anticipées par le dentiste. A l’issue de l’intervention, celui-ci vous remet une prescription de médicaments anti-douleur (et d’antibiotiques, afin de réduire au maximum le risque d’infections).

Mais quand la douleur survient sans prévenir, difficile d’attendre la plage horaire du rendez-vous ou l’heure d’ouverture de la pharmacie alors que la situation est à la limite du supportable. En dehors des cas d’urgence – qui requièrent une consultation immédiate -, certains réflexes pourront vous soulager :

  • Contre toute attente, brosser délicatement les dents douloureuses avec une brosse à dents à poils souples et un dentifrice spécialement conçu pour les dents sensibles permettra d’éliminer les bactéries éventuellement présentes. Ce, afin d’éviter qu’une infection n’apparaisse ou qu’elle ne s’aggrave (et augmente les douleurs).
  • Pensez au clou de girofle ! Il présente des vertus antibactériennes, anti-inflammatoires et c’est aussi un anesthésiant : exactement ce qu’il vous faut ! Faites bouillir de l’eau et ajoutez-y quelques clous de girofle, puis effectuez un bain de bouche avec la solution obtenue. Il est également possible de mâcher directement le clou de girofle ou de se masser la gencive avec.
  • Vous pouvez aussi utiliser de l’huile essentielle de clou de girofle, à raison de quelques gouttes appliquées avec une compresse près des dents douloureuses.
  • Vous préférez l’huile essentielle de lavande officinale ou de menthe poivrée ? Pas de soucis, ça marche aussi !
  • Enfin, le sac de glace appliquée sur la joue est toujours un moyen efficace d’atténuer la douleur.

 

Une prescription d’antalgiques

Une fois au cabinet dentaire, le chirurgien dentiste commencera par évaluer la douleur afin d’avoir une idée du traitement à envisager. Il pourra utiliser une réglette graduée numérotée et vous demander de « chiffrer » votre douleur. Observer sa douleur de l’extérieur permet parfois de mieux l’objectiver. Les enfants auront, eux aussi, leur petite réglette, représentant généralement des visages aux expressions différentes qui varient en fonction de la douleur ressentie.

L’intensité de la douleur est l’un des éléments pris en compte dans le choix de l’antalgique à prescrire. Le dentiste tient également compte du profil du patient, c’est-à-dire de son âge, de ses allergies et antécédents éventuels, de son terrain, etc.

La Haute Autorité de Santé (HAS) a établi trois protocoles de prescriptions en fonction du degré de douleur.

  • En cas de douleur faible : prescrire du paracétamol dont la posologie dépendra du poids et de l’âge du patient. Dans tous les cas, elle ne dépassera pas 4g par jour.
  • En cas de douleur modérée à intense : prescrire, au choix selon les cas :
    • un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS)
    • du tramadol
    • du tramadol + du paracétamol
    • de la codéine + du paracétamol
  • Pour une douleur persistante, prescrire un AINS et du tramadol, ou un AINS et du paracétamol codéiné. L’alternative consistant à prescrire un opioïde est possible. Mais il faudra mener des investigation pour comprendre les origines de ces douleurs persistantes.